Intégré dans la classification internationale des maladies selon l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé), le burn-out, surmenage au travail ou épuisement professionnel n’a de cesse de faire parler de lui. Les situations sont de plus en plus récurrentes et les salariés toujours plus jeunes à être frappés par ce syndrome rattaché à un stress chronique au travail. Alors, comment éviter l’épuisement professionnel ? Voici 4 conseils pour fuir le surmenage au travail et retrouver la sérénité. 

Privilégier les activités au grand air 

Afin d’éviter le surmenage au travail il est primordial de savoir s’accorder des pauses et s’aérer l’esprit. Pour cela réaliser une activité physique, c’est bien, et en extérieur c’est encore mieux ! En plus de se changer les idées et permettre au cerveau de s’oxygéner, la pratique sportive produit un subtil mélange d’endorphine, de dopamine et d’adrénaline. En bref, de quoi vous donner le sourire en un rien de temps.

Vous améliorez ainsi votre état émotionnel, mais pas seulement. Pratiquer une activité sportive est également un excellent moyen de réduire son stress et limiter les émotions négatives telles que la frustration. 

Une multitude de possibilités sportives s’offrent alors à vous. Yoga, running, randonnée ou encore vélo, vous pouvez démarrer votre activité en autodidacte ou préférer de vous lancer en prenant des cours. Bon nombre d’employeurs proposent aujourd’hui des avantages sociaux comme l’application Trippler permettant l’accès à ce type d’activités gratuitement. Motivation, bien être ou engagement, les avantages sont nombreux pour le collaborateur et encore plus pour l’employeur. 

À lire aussi : Comment remotiver un collaborateur sans passer par l’argent ? 

Ne pas lésiner sur son bien être  

Pour que le surmenage au travail reste à bonne distance, une autre solution consiste à vous accorder régulièrement des moments de bien-être. Massage, shopping, méditation, tous les prétextes sont bons pour se faire plaisir. L’objectif est ici de limiter au maximum les situations de stress. 

Si vous commencez à vous sentir surchargé, travailler sur votre bien-être permettra de réduire significativement votre anxiété et d’apprendre à gérer vos émotions négatives. Lorsque la charge mentale est trop importante, c’est la productivité qui s’évapore. Stress et efficacité font rarement bon ménage. 

À lire aussi : 3 conseils pour lâcher prise au travail et gagner en sérénité

Communiquer avec ses collaborateurs 

Les objectifs fixés ne vous paraissent pas atteignables ? Le ratio entre la charge de travail et le temps disponible semble inadapté ? Pour pallier toutes ces problématiques, une solution demeure : communiquer. Pour ne pas en arriver au stade du surmenage au travail, il est essentiel d’apprendre à dire non lorsque la charge mentale devient trop encombrante. Si vous en avez la possibilité, déléguez ou demandez de l’aide. Mais protégez votre bien-être mental. 

De même si du côté personnel vous traversez des difficultés qui impactent votre moral, évoquez la situation avec votre supérieur. Ce dernier pourra tenir compte de votre problématique et mieux répartir votre charge de travail.  

Conserver un équilibre entre vie professionnelle et personnelle 

Pour éviter le surmenage au travail, apprenez à vous ménager en conciliant vie professionnelle et personnelle. Intégrez à votre emploi du temps de véritables moments de repos. Une fois votre journée de travail réalisée, éteignez téléphone et ordinateur. Couper est indispensable pour éviter le burn-out.  

Appliqués un à un, ces différents conseils favoriseront sur le long terme un équilibre personnel et professionnel afin d’éviter le surmenage au travail. 

Et pour améliorer le quotidien de vos collaborateurs, accroître leur bien-être ainsi que leur qualité de vie au travail, choisissez la solution Trippler. Avec des activités personnalisées proposées sur une seule application ergonomique et intuitive, optimisez le temps libre de tous vos salariés itinérants ! 

Et pour aller plus loin : Prévenir le burn-out et la dépression au travail 

À lire aussi : Risques psychosociaux au travail, comment les éviter ?