Sensation négative difficile à décrire, mais pourtant bien réelle, le mal-être au travail touche aujourd’hui de plus en plus de monde. En tant qu’employeur, il est de votre devoir de l’identifier au plus vite et d’accompagner le salarié dans cette souffrance.

Comment lutter alors contre le mal-être au travail ? Voici l’essentiel à retenir pour que vos collaborateurs puissent retrouver l’équilibre professionnel. 

L’apparition des signes avant-coureurs du mal-être au travail 

Irritabilité, perte de motivation, fatigue intense, stress… Autant de signes qui évoquent un certain mal-être au travail. Ces symptômes avant-coureurs peuvent avoir des répercussions sur la santé physique et mentale du salarié, c’est pourquoi ils ne doivent pas être pris à la légère. 

Face à l’explosion du nombre de personnes estimant souffrir de mal-être au travail, des actions de prévention doivent impérativement être menées. L’objectif consiste aujourd’hui à éviter d’en arriver au point de non-retour entre un salarié et son entreprise. La dimension humaine est donc plus que jamais au cœur des préoccupations des entreprises. 

Identifier rapidement le mal-être au travail grâce au dialogue

La première chose à faire pour identifier la présence d’un mal être consiste tout simplement à communiquer avec le collaborateur. Concrètement, cela revient à échanger avec lui en prenant connaissance de ses ressentis. Cette étape entre un manager et son salarié permet de détecter les premiers signes tels que l’irritabilité, la dévalorisation personnelle ou des sautes d’humeur.  

Pour vous familiariser avec le sujet, des formations sont également proposées pour apprendre à détecter les signaux de risques psychosociaux. Il faut savoir que plus une situation de mal-être au travail est identifiée tôt, meilleurs seront les résultats pour réduire, voire, faire disparaître cette sensation. Parfois, il suffit d’un simple changement de tâches ou d’une modification des horaires de travail pour que le salarié retrouve son équilibre.  

Ne pas hésiter à solliciter différents acteurs 

Mais lorsque le mal-être d’un collaborateur est plus ancré, il ne faut alors pas hésiter à contacter des acteurs plus compétents tels que :

  • l’intervenant en prévention des risques : en interne ou en externe, il diagnostique le problème pour offrir des solutions individuelles ; 
  • le médecin du travail : il peut orienter le collaborateur vers d’autres professionnels de santé spécialisés, intervenir lorsque le changement de poste est nécessaire ou occasionnellement prendre une casquette de médiateur entre le salarié et l’entreprise. 

Entreprendre une démarche pour prévenir le mal-être au travail 

Pour prévenir le mal-être en entreprise, la solution la plus efficace consiste aujourd’hui à anticiper la survenance de ce risque avec la mise en place d’une démarche préventive. Il s’agit d’évaluer les différentes situations à risques par rapport à : 

  • l’organisation du travail ; 
  • les modèles de management utilisés ; 
  • les conditions de travail des salariés. 

Ce plan de prévention des risques psychosociaux est élaboré pour anticiper et éviter l’apparition du mal être au travail. Une fois la démarche intégrée au plan QVT (Qualité de Vie au Travail), il s’agira ensuite d’observer régulièrement les indicateurs pour poursuivre votre action. 

En accompagnant le salarié et en cherchant à réduire la sensation de mal-être au travail, tout le monde est gagnant. Vous constaterez une baisse du nombre de salariés en souffrance, mais également un plus grand investissement de votre équipe dans la réussite de l’entreprise.  
Et pour développer votre marque employeur, pensez à l’application Trippler ! Améliorez dès à présent la qualité de vie au travail de vos collaborateurs en testant notre application !